Références

Références
ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES
EAU POTABLE
INONDATIONS ET EAUX PLUVIALES
RESSOURCES EN EAU ET MILIEUX AQUATIQUES
AMENAGEMENT DES TERRITOIRES
INFRASTRUCTURES ROUTIERES ET VOIRIES
SANTE, CADRE DE VIE ET GESTION DES DECHETS
ENERGIES ET TELECOMMUNICATIONS
DOSSIERS REGLEMENTAIRES
Gestion des bassins versants
Entretien et renaturation des cours d'eau
Qualité des eaux
Gestion quantitative des ressources
Gouvernance
Étude de l’impact cumulé des plans d’eau sur le régime hydrologique de la Serène
Le bassin versant de la Serène se situe dans le département de l’Aveyron (12). Sur cette zone d’étude, près de deux cent plans d’eau de plus de 1 000 m² ont été recensés, générant une pression importante sur la ressource. Ces plans d’eau présentent des typologies très variables et leurs caractéristiques, leurs usages ainsi que leur répartition spatiale conduisent à une grande diversité : il peut s’agir de barrages au fil de l’eau, de retenues collinaires ou de retenues en dérivation ; leur volume varie de 200 à plus de 70 000 m3 ; les usages associés à ces ouvrages sont majoritairement agricoles, mais on trouve aussi des plans d’eau utilisés pour la pêche et l’agrément. Dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau et de la reconquête du bon état des masses d’eau, le SIAV2A a souhaité disposer d’éléments de connaissance concernant les incidences de ces plans d’eau et de leurs usages sur le régime hydrologique de la Serène.
Étude hydrologique pour quantifier l’incidence des retenues et plans d’eau de la Diège
Le bassin versant de la Diège se situe dans le département de l’Aveyron (12). Alors que sa superficie représente 164 km², 229 lacs, retenues et plans d’eau ont été recensés sur ce bassin versant. Ces retenues sont susceptibles d’avoir un rôle sur l’hydrologie et la DDT de l’Aveyron a souhaité réaliser une étude afin de définir l’influence de ces ouvrages.
Amélioration de la connaissance des débits prélevés relevant de l’article 50 du décret du 28 septembre 1959 sur la Durance et ses affluents
La loi du 5 janvier 1955 relative à l'aménagement de la Durance, a déclaré d'utilité publique la construction dans les départements des Hautes-Alpes, des Alpes de Haute-Provence, des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, des ouvrages destinés, d'une part à la régulation de la Durance par la construction d'un réservoir à Serre-Ponçon, d'autre part à l'utilisation des eaux pour les irrigations, la production d'énergie électrique et pour l’alimentation en eau potable. L’aménagement et l’exploitation du barrage de Serre-Ponçon sont délégués à EDF par une concession d’une durée de 75 ans (1955 – 2030). La convention du 27 mai 1959, approuvée par le décret du 28 septembre 1959, classe les différents usages en eau de la Durance selon trois articles : l’article 21, l’article 12 et l’article 50. Afin d’avoir une vision claire sur les volumes prélevés, la DREAL a mandaté CEREG Ingénierie pour réaliser un inventaire des prélèvements autorisés à ce jour en distinguant ceux relevant de l’article 50 et ceux relevant des autres articles (21 et 12). Cette étude servira également de référence pour les DTT dans leur mission d’instruction des nouvelles demandes de prélèvements.
Étude de détermination des volumes prélevables de la SIAGNE
La Siagne est un fleuve permanent karstique prenant sa source à Escragnolles au pied du massif de l’Audibergue. Il parcourt 44 km dans les départements des Alpes Maritimes et du Var. Ce cours d’eau en partie artificialisé est soumis au régime méditerranée induisant des étiages sèvères. CEREG a été mandaté pour terminer l’étude de détermination des volumes prélevables visant à caractériser les étiages et l’influence des prélèvements sur ces étiages.
Étude diagnostic et prospective de la ressource en eau et des besoins du bassin versant du Guil
Le bassin versant du Guil, affluent de la Durance, est situé à l’amont du barrage de Serre-Ponçon. Même si le secteur du Guil est relativement épargné par les problématiques de sécheresses et les conflits d’usages, il convient toutefois de préserver cet équilibre au niveau du partage de la ressource et de la gestion des usages. La portée de cette étude n’est pas réglementaire et se limite à rassembler des connaissances. La question de la ressource en eau se pose dans un contexte de changement climatique et de partage de la ressource. L’objectif de cette étude est d’évaluer les ressources en eau du territoire et les besoins et usages en eau actuels et futurs à l’horizon 2030 et plus, pour garantir une gestion durable des ressources. Secteur relativement épargné par les sécheresses, il convient toutefois de préserver l’équilibre entre les ressources et la gestion des usages même si la portée de l’étude n’est pas réglementaire.
Étude d’estimation des volumes prélevables globaux sur le bassin versant du Calavon – Coulon
Le Calavon, ou Coulon, est un affluent rive droite de la Durance. Il occupe une superficie de 995 km² et présente des étiages très sévères à cause de la conjonction de plusieurs phénomènes : un climat méditerranéen, des pertes karstiques et des prélèvements aggravant les étiages naturels. Les études d’évaluation des volumes prélevables ont pour objectif de définir, par secteur cohérent et par période, les volumes pouvant être prélevés sur la ressource tout en garantissant les besoins en eau du milieu naturel.
Étude d’estimation des volumes prélevables globaux sur le bassin versant de la Bléone
Le bassin versant de la Bléone est situé au centre du département des Alpes de Haute de Provence et abrite notamment la préfecture du département, Digne les Bains. La Bléone draine un bassin versant de 905 km² et présente une longueur de 60 km avant de confluer avec la Durance au droit de la commune de Château-Arnoux. Ses deux principaux affluents sont situés en rive droite : Le Bès et les Duyes. Les études d’évaluation des volumes prélevables ont pour objectif de définir, par secteur cohérent et par période, les volumes pouvant être prélevés sur la ressource tout en garantissant les besoins en eau du milieu naturel.
Économie d'eau par la réhabilitation des réservoirs d'eau potable
Pour la Commune de Vauvert, l’intérêt de conserver le réservoir de tête principal à moyen et long terme est avéré. Ce réservoir est composé de deux cuves circulaires de capacité 1 500 m3 chacune et ces cuves présentaient de nombreux désordres apparents qui engendrent non seulement des pertes d’eau, et donc une baisse du rendement global du réseau d’eau potable, mais aussi des risque de pollution de l’eau stockée. Pour réhabiliter le réservoir d’eau potable du Creux des Mages, renforcer la sécurisation de la qualité de l’eau et pour diminuer les pertes d’eau de son système d’alimentation en eau potable, Cereg a mené une mission complète de maîtrise d’œuvre de réhabilitation des cuves du réservoir.
Étude économies d'eau bassin Adour garonne
Compte tenu d’un manque d’eau quasi chronique l’été sur certaines zones du bassin Adour-Garonne, l’agence de l’eau Adour-Garonne développe une politique d’économies d’eau concernant toutes les catégories d’usagers et notamment les agriculteurs qui irriguent une partie des terres cultivées. L’irrigation représente le principal enjeu tant du point de vue des volumes en jeu sur la période sensible de l’étiage, que du besoin d’investigation pour le renforcement des actions à encourager dans ce domaine. L’Agence de l’eau Adour-Garonne a souhaité réaliser une analyse coût efficacité des actions permettant de réaliser des « économies d’eau » en irrigation, intégrant l’analyse des contraintes technico-économiques à l’échelle des exploitations et des filières. L’étude doit produire les éléments qui permettront de définir une stratégie pour renforcer la mise en œuvre des économies d’eau et d’alimenter les réflexions de l’Agence, soit en termes : D’évolution des modalités d’aides (type d’action, incitativité, suivi et quantification des actions) ; Ou de réalisation d’études ou de travaux de recherche complémentaires pour répondre aux questions aujourd’hui sans réponses. L’Agence de l’Eau Adour-Garonne a confié cette mission à Cereg en partenariat avec Solagro (experts agricoles) et Oréade-Brèche (économistes).
Travaux de reprise des ouvrages eau potable sur les quartiers des Pelouses et du Riste – Commune de La Grand Combe
Le SIDEA Grand Combienne possède un réseau d’eau potable dont le rendement s’élève à 35 %. Conscient des efforts à réaliser, le syndicat s’est lancé dans un vaste programme de réduction des fuites sur son territoire. L’opération située aux quartiers des Pelouses et du Riste – Commune de La Grand Combe – en constitue la 1ère tranche. Cette programmation fait suite au schéma directeur eau potable qui a permis de définir les zones à traiter.
Maîtrise d’Œuvre : Renforcement du réseau AEP
Avant de restructurer l’organisation du SIAEP du Vidourle, le syndicat a réalisé le renforcement de la canalisation d’eau entre les communes de Crespian et Cannes et Clairan. Le réseau existant ø60 et 80 mm a été remplacé par un nouveau réseau ø160 mm.
Détermination de l’influence du pompage du forage du golf de La Canourgue sur le cours d’eau l’Urugne
Pour ses besoins en arrosage, le Golf de la Canourgue, en Lozère, pompe dans la nappe alluviale d’accompagnement du cours d’eau : l’Urugne, bassin versant du Lot. A la demande des services de l’Etat, le golf de la Canourgue a missionné Cereg afin de déterminer l’influence du pompage du forage du golf sur le cours d’eau. Pour cela, des mesures du niveau de la nappe et du débit du cours d’eau ont été réalisés en parallèle, en période d’étiage. Des essais de pompage pour 3 paliers de débits différents du forage ont été pratiqués.